La sciatique et la cruralgie: se soigner en ostéopathie?

 

Sciatique, cruralgie: se soigner en ostéopathie?

Un matin on se lève et là patatra, le drame. Impossible de poser le pied à terre. La douleur prend tout l’arrière de la jambe… “Mince!!! J’ai une sciatique…”

Voilà un petit article pour comprendre la sciatique et surtout savoir comment ne pas la supporter pendant plusieurs semaines quand cela peut être évité.

Quelques définitions pour commencer.

La racine nerveuse

Notre colonne vertébrale contient la moelle épinière, sorte de conduit électrique central qui contient tous les câbles nécessaires au fonctionnement électrique de notre corps. Elle est composée de 7 vertèbres cervicales 12 dorsales, 5 lombaires, le sacrum (5 vertèbres soudées) et le coccyx. Le corps, très bien organisé, va entre chaque vertébré permettre l’émergence d’une sortie nerveuse à droite comme à gauche de la colonne vertébrale: la racine nerveuse. Entre le crâne et la première cervicale C1, entre C1 et C2 la racine C2, et ainsi de suite jusqu’à la racine sacrée terminale S5. Elles définissent des métamères nerveux, en analogie à un immeuble: 1 métamère = 1 étage.

Le disque intervertébral

Entre chaque vertèbre, se trouve une sorte de coussin (comme un boudin pneumatique). Il joue le rôle d’amortisseur entre ces des vertèbres. C’est le disque intervertébral. Il est composé d’une partie fibreuse et d’un noyau central. A force de sollicitation, il peut soit s’aplatir et/ ou se déformer(discopathie dégénérative) soit laisser un fin passage à tout ou partie du noyau, qui cherchant la sortie, fini par former une hernie: la fameuse hernie discale.

La sciatique et la cruralgie

La sciatique correspond à l’atteinte (de diverse façon possible) d’une racine nerveuse particulière, en l’occurrence la 5eme racine lombaire L5 ou étage L5-S1 (entre L5 et S1).

La cruralgie correspond à l’atteinte de l’étage du dessus L4-L5.

Les causes de sciatique?

Au fil des années, j’ai pu analyser de nombreux cas de sciatique et on distingue plusieurs types de causes d’apparitions de ces douleurs nerveuses.

  1. La plus connue mais pas toujours la plus courante: la hernie discale.
  2. L’inflammation locale (des structures péri-articulaires) qui finit par inflammer le nerf lui-même (une sorte de névrite).
  3. La compression du nerfs sur son trajet par un muscle, un blocage articulaire ou une structure ligamentaire: le point de conflit nerveux. Ça sent la sciatique, ça ressemble à une sciatique mais ce n’est pas une.
  4. Un cas à part. La douleur sur la chaine musculaire: les trajet des chaines musculaires et des nerfs se veut similaire, dans certains cas cette douleur de sciatique n’est pas nerveuse mais musculaire c’est la sciatalgie. Elle résulte bien souvent de blocages à distance qui mettent en tension les muscles.
  5. la douleur projetée: de temps en temps si un organe est hyper actif (intestins, utérus, stérilet, rein, vessie,…) il peut déclencher des sciatiques ou des cruralgie. Il projette une douleur sur ces zones.

Est-ce vraiment une sciatique?

Maintenant nous allons voir comment savoir si votre sciatique en est vraiment une. Ces informations sont là pour vous guider mais nécessitent d’être confirmées par un ostéopathe ou un médecin.

Les trajets sont bien définis:

sciatique: douleur partant de l’arrière de la fesse longeant l’arrière de la cuisse et irradiant sur le coté extérieur du mollet jusque dans le pied

cruralgie: douleur dans le pli de l’aine irradiant l’avant de la cuisse jusqu’au genou.

Des tests et constats simples permettent d’aiguiller le diagnostic même si quelques fois les tableaux cliniques varient.

Les signes nerveux:

on distingue 2 types de signes nerveux.

  • Les paresthésies (plus connues sous le terme “fourmis”)
  • les paralysies (impotence fonctionnelle du muscle, il se contracte sans jamais se relâcher (paralysie spastique) ou ne se contracte plus du tout (paralysie flasque)).

Les paresthésies apparaissent le plus souvent en premier, suivi par des douleurs ressemblant à des décharges électriques, et les paralysies dans les cas les plus avancés.

les signes mécaniques:

dans cas de sciatique (ou cruralgie) par hernie:

  • la douleur est continue quelque soit la position,
  • Cette douleur (décharge électrique ou “fourmis”) augmente lorsque l’on marche en avançant ou reculant la jambe douloureuse sans même poser le pied par terre;
  • lorsque l’on va à la selle et que l’on pousse on retrouve des décharges dans la jambe ou des paresthésies.
  • Impossible de se tenir droit sur une chaise car l’appui des 2 fesses entraine la compression du nerf sciatique (ou crural)par la hernie: littéralement on se tord de douleur.

Enfin des tests simples permettent de savoir si oui ou non le nerf est pincé ou non. Votre ostéopathe se fera un devoir et un plaisir de contrôler cela afin de savoir si il peut vous traiter immédiatement ou à posteriori.

Que faire de ses douleurs?

Tout d’abord, consultez. L’ostéopathe est un choix parfait car il saura vous dire si il y a suspicion d’une hernie ou non et pourra vous faire gagner du temps si ce n’est pas le cas.

Si les doutes de hernies sont dissipés, l’ostéopathe va pouvoir lentement et doucement décomprimer la zone en contrainte localement et surtout à distance. N’oublions pas que le disque ne s’abime pas seul en général et que la posture est très importante à ce sujet.

En revanche, le médecin, si quelques suspicions sont soulevées pourra alors vous faire passer les examens confirmant ou infirmant la suspicion de hernie comprimant le nerf. De plus il saura donner un traitement médicamenteux (anti inflammatoires en comprimés ou par infiltration) qui aidera à diminuer l’inflammation du nerf et les douleurs (grâce aux antalgiques). Conjointement à un traitement ostéopathique visant à diminuer la compression nerveuse, les résultats seront plus rapides.

la sciatique par hernie discale:

  • Quand la hernie n’est pas trop grosse ou ne comprime pas de façon trop importante le nerf, il suffit parfois de décomprimer la zone lésée par des techniques ostéopathiques douces. L’inflammation sera moins importante au fil des jours et la douleur diminuera. Le traitement anti-inflammatoire sera également essentiel à la gestion des douleurs résiduelles les jours suivant. Nombreux sont les patients ayant des hernies discales mais qui n’ont pas de douleurs pour autant ni jamais eu d’épisodes de sciatiques. La hernie ne peut être que circonstancielles et non systématiquement une cause.
  • Si la hernie est trop grosse, le nerf peut être lésé ou trop comprimé, on retrouve souvent en associations aux paresthésies un paralysie, alors un avis chirurgical est parfois nécessaire en absence de résultat tant sur le plan médical qu’ostéopathique.

remarque: Une hernie, constituée majoritairement d’eau, à tendance à se résorber dans les 6 à 18 mois suivant son apparition spontanément: ostéopathie et anti inflammatoires suffisent souvent. Si elle est trop grosse, la présence ou non d’une paralysie sera déterminante dans le choix d’opérer.

La sciatique ou la cruralgie liée à une inflammation de la zone lombaire:

L’inflammation peut être liée à divers facteurs (disques, os ou muscles). Les phénomènes que le corps met en place dans ces cas là, ne se limitent pas à la zone touchée. Il va y avoir un effet tache d’huile de l’inflammation. Le nerf, à proximité, pourra être touché et présentera des signes d’inflammation à son tour. Il convient alors d’utiliser l’ostéopathie pour diminuer la cause de l’inflammation pour sa part mécanique, puis conjointement de faire éventuellement appel à votre médecin pour vous donner le traitement médical adapté. Les résultats se feront très rapides.

La sciatalgie ou la cruralgie mécanique ou le point de conflit:

Comme énoncé plus haut, la sciatique peut quelques fois ressembler à douleur résultant de la compression du nerf sans en être. Elle nait de tensions sur les chaines musculaires mais n’est pas une sciatique. Alors, il convient à votre ostéopathe de trouver l’origine de ces tensions afin de limiter le phénomène douloureux. dans ces cas, les résultats sont quasi immédiats (quelques heures à quelques jours pour une disparition totale de la douleur) et la douleur diminue très sensiblement dans les jours suivant le traitement. Quelques fois pour aider, des médicament peuvent être prescrits. Enfin si la chaine musculaire est contractée depuis longtemps, les kinésithérapeutes, une fois la cause pleinement traitée par l’ostéopathe, seront extrêmement efficaces pour maintenir la zone en décontraction.

La sciatique d’origine viscérale:

Un utérus rétro-versé (positionné vers l’arrière), latéro-fléchi (positionné sur un coté), une vessie trop basse, un rein en souffrance fonctionnelle( non pathologique) ou suite à une maladie( infection,…), un intestin inflammé par une pathologie récurrente (maladie de Crohn, sigmoïdite, colites spasmodiques,…) ou bien une infection alimentaire, une prostate inflammée… Tous les organes du bas ventre innervés par la zone lombaire peuvent envoyer, par erreur, une information nerveuse parasite qui se projettera sur  le trajet du nerf sciatique ou crural selon les cas. On parle de douleurs projetées. Enfin dans certains cas, certains muscles recouvrant le nerf sciatique et ayant la même innervation que ces organes (notamment l’utérus) pourront se contracter par erreur, entrainant une compression du nerf sur son trajet et déclenchant ainsi des sciatiques ou cruralgies.

L’ostéopathe saura déceler ce genre de problématique et vous aviser des conseils nécessaires au retour à la normale de la situation et libérer les éventuelles tensions qui pourraient gêner le fonctionnement ou la récupération du dit organe. (stérilet, malposition, tension,…)

le cas particulier du stérilet:

Souvent quand les conclusions viennent à mener vers le stérilet la seule solution est de l’enlever.

Mais pourquoi le stérilet peut il être source de sciatique et ou cruralgie?

Si l’utérus est mal positionné ce dernier va déjà entraîner des tractions sur le bassin et le dos par l’intermédiaire des ligaments qui le soutiennent. On verra apparaitre dans ces cas là des tensions voire des blocages en regard du bassin et / ou des lombaires. Si on rajoute en son sein un stérilet, qui même bien pose augmente ces tractions, les symptômes n’en seront qu’augmentés.

De plus, certaines personnes peuvent réagir aux matériaux constituant le stérilet (le cuivre notamment) . Il en découlera possiblement une inflammation qui pourra concerner également les nerfs à proximité.

Enfin, l’innervation de l’utérus est la même que celle d’un muscle de la fesse qui passe au dessus du nerf sciatique. Si l’utérus envoi des signaux parasites sur la voie de retour nerveuse ou déclenche une réaction inflammatoire, certains messages vont être interprétés par ce muscle comme une demande de contraction, entrainant ainsi une compression du nerf sur son trajet et une  possible sciatique. Un relâchement de ce dernier soulagera immédiatement la douleur dans sa majorité.

Quelles solutions alors: le faire retirer si il est symptomatique même malgré une excellente position, ou le faire replacer car quelques fois il peut simplement être décalé par rapport à son placement normal.

 

 

Et après alors, vais-je refaire un épisode?

Les causes mêmes des sciatiques et cruralgies sont tellement variées qu’il serait absurde d’affirmer que vous ne referez jamais de sciatique mais souvent un contrôle occasionnel par un bilan ostéopathique  préventif permet d’éviter le retour des causes.

 

10 réflexions sur « La sciatique et la cruralgie: se soigner en ostéopathie? »

  1. Bonjour et merci pour l’intérêt que vous avez porté à cet article. Je comprends votre interrogation. N’étant pas au courant en précision du cas je ne m’avancerai pas car le retrait doit se faire pour les bonnes raisons après s’être assuré que tout avait été fait pour l’éviter. Ensuite, comme je l’évoque dans mon article, il est fréquent que le stérilet puisse être une source de douleurs ou sensations désagréables, et son retrait montre des résultats dès les jours suivant si il est incriminé, même si parfois il n’est responsable de rien. Cependant, avant tout retrait, il faut s’assurer que vous ne soyez pas contre-indiquée à d’autres moyens de contraceptions. Un retrait de stérilet a pour gros avantage de ne pas être définitif. En ce sens que vous pourrez toujours en remettre un si bon vous semble, si aucun changement ne s’opérait. Il convient également de refaire un point avec votre ostéopathe suite à son retrait afin de traiter d’éventuelles tensions de la sphère viscérale. Je vous souhaite une bonne recherche afin de vous sentir au mieux. N’hésitez pas à en parler également avec votre ostéopathe, il saura vous conseiller.

     
  2. Bonjour,
    Je suis intéressée par le lien que vous faites entre le stérilet et les douleurs sciatiques. J’ai en effet commencé à ressentir une gêne (toujours présente après de nombreuses séances kiné et ostéo) le long du sciatique après la pose d’un stérilet il y a deux ans. Les médecins me disent qu’il ne peut y avoir de lien vu qu’il est bien placé. Les kinés sont sceptiques. Je pense à enlever le stérilet, même si personne ne pense que ça m’aiderait… Qu’en pensez-vous?

     
  3. Bonjour monsieur et merci pour l’intérêt que vous portez à cet article. Concernant ces douleurs plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte, et malheureusement je ne serai pas capable de vous donner plus d’informations à distance, car dans ce cas une appréciation de votre blocage au bassin ainsi que de ses causes sont nécessaires. Je vous invite donc à éventuellement prendre un autre avis ostéopathique afin de vérifier qu’aucune hypothèse n’ait pu être oubliée. Afin de trouver un professionnel de confiance vous pourrez chercher dans les annuaires du syndicat français des ostéopathes ou bien dans celui des ostéopathes de France. Vous souhaitant une issue des plus favorable.
    Si besoin, n’hésitez pas a me joindre par mail ou téléphone.

    Cordialement, Damien MARTINEZ

     
  4. Bonjour,
    Depuis juillet 2017, j’ai une douleur au niveau de la “fossette” de la fesse gauche puis du côté externe de la cuisse gauche jusqu’au genou . 2 séances d’ostéo qui n’ont rien donné . L’ostéopathe me dit que j’ai le bassin devié et que sa séance ne tiendra pas ???. Je viens d’aller faire radio + échographie : discopathie de la charnière L5-S1 .
    Je vous précise que j’ai plus de douleurs en position assise .
    Merci pour vos précisions . Cordialement

     
  5. Bonjour madame et merci de l’intérêt que vous portez à cet article. Il s’agit de beaucoup de questions et je vais tenter de vous répondre. Concernant la possibilité pour un ostéopathe d’intervenir, c’est possible et sans le moindre danger sous réserve de ne pas utiliser de manipulation pouvant aggraver la situation (la boite à outil ostéopathique est très vaste et il existe des techniques ne présentant aucun risque pour vous).

    Concernant l’efficacité de l’ostéopathie, à distance il est impossible de le confirmer, sachant que nous recherchons les causes et blocages probablement incriminés dans votre symptomatologie. Il conviendrait donc tout d’abord de faire un point par téléphone puis dans un second temps d’éventuellement voir les examens complémentaires en votre possession.

    Chaque patient étant unique ces informations me permettront de vous préciser davantage les possibilités d’un traitement ostéopathique ou non.

    Je reste à votre disposition si vous le désirez.

    Cordialement, Damien MARTINEZ

     
  6. bonjour ,
    pouvez vous me dire si l’osteopathie peut m’aider .J’ai de discopathies l4 l5 l5 s1 et curieusement j’ai mal depuis le lendemain d’une petite intervention; je reste persuadée que l’on m’a mal manipulée pour me faire passer sous anesthesie , dans mon lit de retour.Les radios ne disent rien sur mon bassin mais un trait clair sur l4?? avec notion de traumatisme. discopathie l4 l5 l5 s1. Est ce que l’on peut travailler sans danger en osteo. Actuellement apres infiltration au mois de juin ,j’ai des décharges tres puissantes lors de certains mouvements alors que je peux marcher des kms sans souffranceLa douleur est tellement intense que j’ai chuté. peut il s’agir d’une petite luxation ou autre qui passerait inaperçue à l’irm? merci de vos conseils.Je fais de la kiné, gainage abdo et ecole du dos en piscine.

     
  7. bonjour, effectivement votre gynécologue a raison, un utérus retro versé peut effectivement occasionner des douleurs de sciatique cependant d’autres raisons peuvent s’y ajouter. Il convient alors a l’ostéopathe de retracer ces differentes possibilité et de les ecarter une a une. (causes viscérales, cause médicales et causes mécaniques…) L’ostéopathie peut aider conjointement à d’autres disciplines. Il conviendrait de prendre un deuxième avis auprès d’un autre ostéopathe qui aura peut être une approche et des résultats différents. Enfin le caractère chronique de votre douleur pourrait nécessiter plus qu’une seule consultation afin d’arriver à des résultats (l’ostéopathie traite un corps dans son ensemble et non un symptome seul). En vous souhaitant bon courage dans vos recherche, cordialement,

    Damien MARTINEZ

     
  8. Bonjour. J’ai 24 ans et je souffre de douleurs « sciatique » depuis 2 ans . J’ai consulter de nombreux médecins, ostéopathes et kinésithérapeutes mais personnes ne me soulage . Je prend des anti inflammatoires qui eux me soulagent mais les effets secondaires se font ressentir . Je suis epuisee et n ai pas dormi plus de 4 heures depuis des mois. La douleur est de type inflammatoire part du bas du dos , passe par la fesse, la cuisse, les genoux et s arrête au niveau du mollet et du tibia . Parfois des douleurs horribles me bloque dans mon mouvement . Après irm et scanner rien au dos , seulement un utérus retroversé. Mon gyneco me dit que la douleur peut venir de là mais ne me donne aucune solution. Je ne sais plus quoi faire que me conseillez vous ?

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.